Alexandra Rübner, mise en scène

alexandra_ruebnerParcours

Née à Varsovie en 1977, elle arrive en France, à Paris, à l’âge de quatre ans. Elle fait ses premières expériences théâtrales dés l’âge de douze ans, dans le cadre de l’atelier théâtre du Collège-Lycée Paul Valéry (Paris XIIe), et suit des cours au Théâtre du Petit Monde (Paris IIIe). C’est au sortir du lycée qu’elle fait la rencontre d’Eugène Green et du Théâtre de la Sapience. Passionnée par l’époque baroque, elle suit un stage dirigé par E. Green, et entame un parcours artistique avec le Théâtre de la Sapience. Par ailleurs, elle approfondit une formation plus contemporaine au Théâtre des Quartiers d’Ivry, dans l’atelier d’Elisabeth Chailloux, et au Conservatoire du Centre (Paris 1er). Elle suit également des cours de chant lyrique auprès d’Anne Charvet-Dubost et Bernadette Val.

En 2002, elle participe à un stage du Théâtre du Soleil sous la direction d’Ariane Mnouchkine.

Etudiante en Lettres Classiques à la Sorbonne-Paris IV, en parallèle de son activité théâtrale, elle achève en 2005 un mémoire de maîtrise autour de la pensée néoplatonicienne.

Metteur en scène

En 2005, Alexandra Rübner initie son parcours de metteur en scène, avec Athalie, tragédie de Racine avec les intermèdes musicaux de Jean-Baptiste Moreau. Cette création a vu le jour en Août 2006 au Festival d’Arques-la-Bataille, puis est reprise en Février 2007 par la Scène Nationale de Dieppe. Ce spectacle, salué par le public et par la presse (Le quotidien Libération) sera repris en mai 2011, au Théâtre du Château à Eu et au Grand Théâtre de Nantes. Alexandra Rübner tient en outre dans cette distribution le rôle d’Athalie.

Associée au musicien Jean-Luc Tamby, elle crée au Théâtre du Château, à Eu, les Contes du temps passé, autour de trois contes de Charles Perrault.

En 2009, elle met en scène Zémire et Azor, opéra comique de Grétry et Marmontel, qui reprend l’argument de la Belle et la Bête. Ce projet, créé avec la complicité de l’ensemble Les Lunaisiens (Arnaud Marzorati et Jean-François Novelli), est produit par la Fondation Royaumont et le Festival d’Arques-la-Bataille, et donné à l’Opéra Comique en Mars 2010.

Le travail d’Alexandra Rübner s’oriente également vers une perspective théâtrale contemporaine. Parler de notre monde, avec une poétique qui invente son langage et son présent, est vécu par elle comme une intime nécessité. Dans cette nouvelle voie, elle met en scène en 2008, au Centre Culturel Suisse à Paris le projet Lost Generation, portrait imaginaire de l’écrivain Annemarie Schwarzenbach.

Elle signe également, en 2011-2012, aux côtés du Poème Harmonique (direction Vincent Dumestre), la mise en scène d’un opéra pour marionnettes : Caligula de Giovanni Pagliardi. Elle prend part, en tant que récitante, à la Passion selon Saint-Jean de J-S Bach, mis en œuvre, en mai 2012 par l’Académie Bach. Elle joue d’autre part, en 2011 – 2012, dans Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé, mise en scène de Benjamin Lazar. Ce spectacle est créé au Théâtre de Caen, puis repris au Théâtre de l’Athénée (Paris), et TNP (Lyon), et au Théâtre des Deux Rives (Rouen).

Théâtre de la Demeure

En 2010, Alexandra Rübner s’attelle à la création de sa compagnie : Théâtre de la Demeure, dont la vocation sera de poursuivre l’exploration des territoires dramatiques baroques, mais aussi, nécessité non moins urgente, d’ouvrir une voie de recherche contemporaine. La Demeure est basée en Haute-Normandie (Arques-la-Bataille). Elle entretient des liens privilégiés avec l’Académie Bach, où elle est en résidence, avec le Théâtre du Château, qui l’accueille en compagnonnage, et avec le Trident, qui soutient ses projets de création contemporaine.

En 2012, Alexandra Rübner met en œuvre, avec le Théâtre de la Demeure, et en collaboration avec le Trident, scène nationale de Cherbourg-Octeville une première création : Un Homme qui dort de Georges Perec. Ce projet constitue le volet inaugural d’un triptyque, qui orientera les prochains travaux du Théâtre de la Demeure. Cette forme de triptyque, intitulée Melancholia, se veut un portrait théâtral de la figure de la Mélancolie, à travers trois formes d’écriture, trois époques, trois visions singulières. Dans Un Homme qui dort, Alexandra Rübner incarne le personnage de l’Etudiant. Elle écrit et met en scène, dans le cadre des Assemblées des Honnêtes Curieux au Trident, une forme légère mêlant théâtre, création musicale menée par le groupe électro Das Klub, et témoignages réels, autour de la question de l’exil et de l’émigration d’hier et d’aujourd’hui. Cette proposition, intitulée Les Pas Perdus, s’est donnée dans le Théâtre à l’Italienne de Cherbourg en Avril 2013. La saison 2013-2014 voit également la reprise de l’opéra pour marionnettes Caligula, au Théâtre à l’Italienne de Saint-Dizier puis à l’Archipel, Scène nationale de Perpignan, ainsi que la reprise des Contes du Temps Passé dans le cadre du Festival baroque de Sablé.

Actuellement, Alexandra Rübner met en chantier le prochain projet du Théâtre de la Demeure : une adaptation théâtrale du roman Orlando de Virginia Woolf. Ce projet, dont elle signera la mise en scène, sera le lieu d’une nouvelle collaboration avec le groupe Das Klub, et avec le Trident, à Cherbourg.

Au cours de la saison 2014 -2015, elle met également en scène le musicien Damien Pouvreau dans un concert théâtral – 2710 Jours de ma Jeunesse – à partir des carnets de guerre du grand-père de celui-ci pendant la seconde guerre mondiale.

Actrice

Après un rôle dans Toutes les nuits d’Eugène Green, Agnès Jaoui la choisit pour incarner la voix de l’héroïne de son film « Comme une Image » (sorti en 2004).

Elle joue dans Le Bourgeois Gentilhomme comédie-ballet créée par Le Poème Harmonique, direction Vincent Dumestre, et mise en scène par Benjamin Lazar. Elle y tient deux rôles : Le Maître de Musique et Nicole.

Elle se produit dans le spectacle Le Dibbouk, de Shlomo Anski, mise en scène de Benjamin Lazar, dont la création a eu lieu en Juin 2015 au Printemps des Comédiens (Montpellier).

Enseignement théâtral

Alexandra Rübner développe également depuis plusieurs années une activité régulière d’enseignement théâtral : elle intervient notamment au Conservatoire intercommunal de Palaiseau (ateliers à destination d’élèves chanteurs), au Conservatoire à rayonnement régional de Rouen (stages à destination d’élèves comédiens), auprès de groupes de comédiens amateurs (Les Téméraires, à Cherbourg, L’Ecole du Je(u), à la Scène nationale d’Evreux-Louviers), et auprès de nombreux groupes scolaires, en école primaire, collège et lycée, dans le cadre d’ateliers pédagogiques liés aux créations du Théâtre de la Demeure (Ecole Brocéliande, à Eu, Collège Georges Braque, et Lycée Ango, à Dieppe, collèges Rachel Salmona et Louis Philippe, à Eu et Le Tréport, Lycée Marcel Sembat, à Sotteville-lès-Rouen).

Spectacles