Claudine Le Coz, soprano

claudine le coz © DR

claudine le coz © DR

Parcours

Après ses premiers prix de chant et d’art lyrique au CNSM de Paris dans les classes de Christiane Eda-Pierre et de Michel Roux, Claudine Le Coz se perfectionne notamment auprès de Rachel Yakar, Teresa Stich-Randall, Hans Hotter ou encore Barbara Hendricks. Elle aborde alors une carrière qui se partage désormais entre l’opéra, l’oratorio et le récital.

A l’opéra

Elle participe ainsi à la création de Daphnis et Alcimadure de Mondonville à l’opéra de Montpellier, à celle des Pèlerins de La Mecque de Gluck (Direction René Jacobs) puis à l’enregistrement de cette œuvre sous la baguette de J.E. Gardiner (prod. Opéra de Lyon). Jean-Claude Malgoire fait appel à elle pour l’Alceste de Lully, sur les scènes du Théâtre des Champs Elysées, du Théâtre du Château de Versailles et de l’Opéra de Montpellier. Elle chante le rôle de Pamina (Salle Pleyel, Saint Denis de la Réunion) et celui de Marcelline dans Les Noces de Figaro (direction J-C. Malgoire au Théâtre des Champs Elysées, version suivie d’un enregistrement), rôle qu’elle reprendra au Concertgebouw d’Amsterdam sous la direction de Vincent de Kort. Avec J.C.Frisch, elle donne une cinquantaine de représentations de Castor et Pollux de Rameau, dont la version fait l’objet d’un enregistrement (spectacle repris par la Fenice).

Sollicitée par des metteurs en scène tels que Christian Gangneron ou Michael Lonsdale, elle aborde également le répertoire du XXe siècle (Le Pauvre Matelot et Les Malheurs d’Orphée de Darius Milhaud, Le Tour d’Ecrou de Britten, Jeanne au Bûcher d’Honegger sur les principales scènes françaises et à l’étranger. Elle participe à la création de plusieurs opéras de Georges Aperghis (Liebestod, Je vous dis que je suis mort, L’écharpe rouge) dans des productions mises en scène par Michael Lonsdale ou André Engel, et accueillies notamment sur les scènes de Strasbourg, du Théâtre Musical de Paris, de l’Opéra de Lyon, du Festival d’Avignon, du Théâtre National de Chaillot. Elle crée O.P.A Misa de Denis Levaillant (direction Philippe Nahon, mise en scène André Engel, décors et costumes Enki Bilal) à Avignon, Strasbourg, et à l’Opéra Comique ainsi que Les Naufragés de l’Olympe de Giovanni Marini au festival d’Avignon et à Lausanne. Elle est aussi l’interprète en concert de Maurice Ohana, Jacques Rebotier, Edgar Varèse, Fénelon, Marc Monet, Jonathan Harvey ou Charles Chaynes.
En oratorio, Claudine Le Coz collabore régulièrement avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse, la Grande Ecurie de Jean-Claude Malgoire, Bernard Tétu, Stéphane Cardon, Bernard Thomas ou encore Jean-Walter Audoli.

En récital

Enfin, elle réserve une place privilégiée au récital. Avec le pianiste Serge Cyferstein, elle forme un duo qui obtient un premier prix avec mention spéciale au Forum de la mélodie et du lied de Paris et se produit aussi bien en France qu’à l’étranger.

Spectacles