Jean-Christophe Saïs, metteur en scène

Jean-Christophe Saïs © DR

Jean-Christophe Saïs © DR

Jean-Christophe Saïs est né à Lyon, et y a fait ses débuts comme scénographe. Mais c’est à Dijon aux Rencontres internationales de théâtre 1999, que pour son coup d’essai-coup de maître, il met en scène Sallinger, pièce dans laquelle il se retrouvait avec bonheur, et que reniait son auteur Bernard-Marie Koltès.
Jean-Christophe Saïs continue d’ailleurs à explorer son œuvre, sur laquelle il fait travailler les élèves de l’École du TNB à Rennes. Après avoir monté Quai Ouest en 2002, il aborde en 2004 Dans la solitude des champs de coton présenté notamment au Théâtre de la Ville et à la Comédie de Reims.
Entre-temps, il s’est tourné vers Shakespeare pour Roméo et Juliette au Théâtre Stable de Turin et Hamlet à l’École du TNB où déjà il avait initié les élèves à Copi et Edward Bond (Les Quatre Jumelles et Pièces de guerre).
En 2005 il met en scène Roberto Zucco de B.M. Koltès au TNS de Strasbourg et au Piccolo Teatro de Milan.
A nouveau pour le Théâtre de la Ville et la Comédie de Reims il met en scène Pelléas et Mélisande de Maeterlinck. Parmi ses projets récents, l’on peut citer une mise en scène du Stabat Mater de Dvorak pour le chœur Accentus (direction Laurence Equilbey) à la Cité de la Musique de Paris et au Théâtre des Arts de Rouen.
En 2009, avec l’Arcal, il met en scène Les quatre Jumelles de Régis Campo d’après Copi.
En 2010, il met en voix Fracture de Linda Mac Lean pour le Festival d’Avignon In et met en espace La grande Enseigne d’Eric Pessan à Théâtre Ouvert.
En 2011, avec l’Arcal, il met en scène l’Histoire du Soldat d’Igor Stravinsky, spectacle repris à L’Athénée-Théâtre Louis Jouvet en juin 2012 et au Grand théâtre de Provence en mai 2013.
Il est intervenant à l’école du Théâtre national de Bretagne, l’école du Théâtre national de Strasbourg, Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris et l’école du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine.

Spectacles