Paul Gaugler, ténor

Paul Gaugler © Ledroit-Perrin

Paul Gaugler © Ledroit-Perrin

Paul Gaugler se forme au chant lyrique au Conservatoire national de région de Strasbourg, sa ville natale, puis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris où il obtient son prix. Il fait des rencontres déterminantes avec Rockwell Blake, Christian Tréguier et Ludovic Tézier. Lauréat des concours Vincenzo Bellini et Armel Opera, il fait ses débuts en Duca di Mantova dans Rigoletto (Opéra de Pilsen, Théâtre National de Szeged).

Cette Saison 2019/2020, il chante Pollione dans Norma (Opéra national de Chisinau, Festival international Maria Bieșu) ; le rôle-titre Faust de Gounod (Opéra de Poznan) ; Lenski dans Eugène Onéguine (Festival Beauregard) ; Spakos dans Cléopâtre de Massenet (Salle Cortot, Paris) ; un Gala du Nouvel An (Opéra de Bastia) ; le Messager dans Le Démon de Rubinstein et un Récital Midi musical (Opéra national de Bordeaux)…

Il interprète le répertoire de jugendlicher Heldentenor : Le rôle-titre Dante de Benjamin Godard (Opéra de Saint- Étienne, 2019) ; Faust (cover) dans La Damnation de Faust (Festival de Glyndebourne, 2019) ; Boris dans Kat’a Kabanova (tournée européenne – Grand Prix du Syndicat Professionnel de la Critique) ; Bacchus dans Ariadne auf Naxos par André Engel (Royaumont) ; Siegfried dans une adaptation du Ring (Opéra de Reims, Théâtre de l’Athénée, Paris) ; Faust de Berlioz (Théâtre Impérial de Compiègne) ; Don José dans Carmen, dirigé par Pierre Cao (Cameroun), par Gaspard Brécourt (Théâtre Le Mas), mis en scène par Elisabeth Vidal (Festival de Saint-Paul-de- Vence) ; Hoffmann dans Les Contes d’Hoffmann (Festival Nuits du Mont Rome) ; Faust de Gounod en concert (La Seine Musicale, Paris) ; Junger Diener dans Elektra dirigé par Paul Daniel (Opéra national de Bordeaux) ; Brabantischer Edler dans Lohengrin dirigé par Michael Schønwandt (Opéra national de Montpellier).

Il a également chanté Octavio dans L’Europe galante dirigé par William Christie (Ambronay, Opéras de Vichy, Besançon, San Sebastián) ; le Ténor soliste du Journal d’un Disparu de Janacek mis en scène par Louise Moaty (ARCAL, La POP, Festival d’Île-de-France) ; Tamino dans Die Zauberflöte (Palais des Festivals de Cannes) ; L’Instituteur dans La Petite Renarde rusée (Opéras de Massy, Besançon, Reims) ; Normanno dans Lucia di Lammermoor (Opéra national de Bordeaux) ; Victor dans Guru, création de Laurent Petitgirard (Opéra de Szczecin) ; Charles/Selim dans Les Sacrifiées, création de Thierry Pécou (Opéras de Rouen, Massy, Reims).

Au concert, il chante le Requiem de Verdi et la 9e Symphonie de Beethoven dirigé par David Reiland (Opéra de Saint-Etienne) ; L’Enfance du Christ de Berlioz (Strasbourg) ; en gala (Shanghai Symphony Hall) ; Threni de Stravinsky dirigé par Sylvain Cambreling (Amphithéâtre de l’Opéra Bastille).

Paul GAUGLER – Ténor
+ 33 6 64 14 01 27 paul@paulgaugler.com
www.paulgaugler.com

BLG Artist Management
Olivier Beau +33 6 61 70 50 64
Hervé Le Guillou +33 6 84 01 06 51
www.blg-paris.com

Opern- und Konzertagentur Therese Renick
Therese Renick
+49 2369 208 4366
opernagentur-renick.de

REVUE DE PRESSE

Faust – Poznan Opera House
KULTURA U PODSTAW
, Piotr Urbański, November 2019
« I should write a short appendix about Paul Gaugler. His Faust was really excellent. Bright but mature voice, nice colour, no difficulties in the highest notes. Very impressive both as old and young hero. I have no doubts about his sensibility and emotions to Margharite. With fascinating shine in his eyes. I think you will be captivated by his Chevalier des Grieux in May and June (Poznań Opera House). Apparently Paul was the best Faust I have heard in this year, including Berlin. »

Dante – Opéra de Saint-Étienne
OPÉRA MAGAZINE
, Patrice Henriot, 4 avril 2019
« Dans une implication complète et une intelligibilité qui rend superflu le sur-titrage, le ténor Paul Gaugler assume vaillamment le
rôle écrasant et changeant du poète, du gonfalonier, de l’exilé, de l’initié à la recherche du savoir. La richesse du médium ne compromet pas le passage à l’aigu, souvent sollicité. »

DIAPASON, Gérard Condé, 19 mars 2019
« Exigeante pour les voix, la partition a trouvé … en Paul Gaugler un Dante tout feu tout flamme »

ANACLASE, Bertrand Bolognesi, 10 mars 2019
« La main de Benjamin Godard ne ménagea ni le baryton ni le ténor. Aussi Paul Gaugler, ayant à dominer une partition redoutable
qui nécessite tant de souplesse que d’endurance, s’en sort-il haut la main, usant d’un aigu brillant mais jamais persifleur dans une incarnation de belle tenue. »

OLYRIX, Emmanuel Deroeux, 09 mars 2019
Dante de Godard ressuscité à l’Opéra de Saint-Étienne
« Le personnage principal est incarné par Paul Gaugler, ténor aux accents héroïques, scéniquement sûr et maître de sa technique vocale, avec une certaine légèreté dans la conduite de ses phrasés mais une voix se montrant souvent tranchante »

RESMUSICA, Marie Bertrande Flous ,13 mars 2019
À Saint-Étienne, Dante de Benjamin Godard revient des Enfers
« Sur scène, le détenteur du rôle-titre, Paul Gaugler, détient l’essentiel des attributs héroïques. Un physique avantageux bien sûr, une ligne de chant fine et agréable ensuite. La délicatesse de son timbre et une diction parfaitement travaillée (…) une plasticité vocale agréable. »

LE PROGRÈS, Martine Goubatian, 09 mars 2019 Dante de Godard ressuscité à l’Opéra de Saint-Étienne
« Paul Gaugler, en haut à droite, endosse le lourd rôle de Dante … une diction parfaite à tel point que le surtitrage devient superflu. Paul Gaugler dans le rôle-titre, très difficile à tenir sur la longueur, montre une belle épaisseur. »

Elektra – Opéra national de Bordeaux
OLYRIX
, Paula Gaubert, 31 mai 2018
Elektra à Bordeaux, une orgie de chant et de musique paroxystique !
« … le ténor Paul Gaugler, (le jeune serviteur), est impressionnant dans le registre très aigu… »

FORUM OPERA, Yannick Boussaert, 5 juin 2018
« Paul Gaugler, jeune serviteur en quête d’une monture et particulièrement agile vocalement. »

OPERA ONLINE, Emmanuel Andrieu, 30 mai 2018
Une Elektra d’anthologie à l’Auditorium de Bordeaux
« Enfin, la même marque d’excellence touche tous les « petits » rôles : Paul Gaugler en Jeune serviteur »

TOUTE LA CULTURE, Gilles Charlassier, 31 mai 2018
Elektra à l’Opéra national de Bordeaux, l’élégance et l’incandescence « Paul Gaugler, en jeune serviteur bien sonnant »

Lucia di Lammermoor – Opéra national de Bordeaux
RESMUSICA
, Charlotte Saulneron, 9 avril 2018
« Mené d’une main de maître par Paul Gaugler en Normanno »

OPÉRA MAGAZINE, Pierre Cadars, juin 2018
« L’Opéra National de Bordeaux a réuni une distribution en très grande majorité française. Comment ne pas s’en féliciter, lorsque cela nous permet d’entendre, dans des rôles où ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, la basse Jean Teitgen, la mezzo Albane Carrère, les ténors Thomas Bettinger et Paul Gaugler ? »

DIAPASON, Didier Van Moere, 9 avril 2018
« Les rôles secondaires n’ont pas été négligés : (…) Normanno tortueux de Paul Gaugler. »

OLYRIX, Stéphane Lelièvre, 7 avril 2018
« … une distribution très intéressante qui, côté masculin, convoque la fine fleur du chant français. (…) »

Le Journal d’un Disparu – tournée Arcal, La Pop, Festival d’Île de France, Paris
LE FIGARO
, Thierry Hillériteau, 11 avril 2016
« … prêt à fondre sous ses charmes, le ténor Paul Gaugler impressionne autant par la qualité de son chant que part sa diction. »

CONCERTCLASSIC.COM, Jean-Charles Hoffelé, janvier 2016
« Quant au « Disparu » il reviendra à Paul Gaugler qui depuis son Octavio des Fêtes Galantes pour William Christie a fait bien du
chemin : il est l’un de nos plus beaux jeunes ténors… »

WEBTHEATRE, Caroline Alexander, 10 avril 2016
« … la souplesse – physique et vocale… Clarté mêlée de violence intérieure de Paul Gaugler… »

Nietzsche/Wagner : le Ring – Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Paris
MUSIKZEN
, François Lafon, 4 mai 2012
« Les chanteurs sont valeureux – à commencer par Paul Gaugler, Siegfried tel qu’on le rêve »

CHANTEUR.NET, Alain Zürcher, 2 mai 2012
« Paul Gaugler a le physique et le timbre d’un « jugendlicher Heldentenor ». »

CONCERTO.NET, Simon Corley, 11 mai 2012
« … et, plus encore, le Siegfried solide et musical de Paul Gaugler, déjà remarqué dans Katia Kabanová aux Bouffes du Nord en janvier dernier, n’a pas de mal à s’imposer. »

Concours international de Belcanto Vincenzo Bellini
OPÉRA MAGAZINE
, Thierry Guyenne, décembre 2013
« Le ténor français Paul Gaugler a montré des moyens impressionnants : vocalises di forza dans l’Armida de Rossini, suraigus
percutants dans I puritani et Il pirata. Sa solide technique et son indéniable autorité lui ont valu le Prix Spécial pour la meilleure interprétation d’un air en français, grâce à La Favorite. »

CLASSIQUENEWS.COM, Adrien De Vries, 13 février 2013
« C’est l’occasion de découvrir deux voix parmi les plus prometteuses d’aujourd’hui, remarquées par le jury du Concours International Vincenzo Bellini. (…) Valeria Tornatore et Paul Gaugler, deux timbres et deux tempéraments à suivre désormais. »
La Petite Renarde rusée – Athénée, Théâtre Louis Jouvet, Paris

OLYRIX, Adrien Alix, 21 mars 2017
« Le ténor Paul Gaugler, qui joue notamment l’Instituteur, nous fait sombrer dans le lyrisme déroutant de l’écriture de Janáček…
discourant de physique newtonienne et d’amour, l’Instituteur se lance dans des bribes mélodiques, toujours sublimes… Les sonorités de la langue tchèque augmentent encore l’étrangeté de cette écriture, et emportent le public dans des forêts fantasques. »

La Petite Renarde rusée – Opéra de Massy
CLASSIQUENEWS.COM
, Pedro-Octavio Diaz, 5 juin 2016
« Incarnant le malheureux Instituteur, Paul Gaugler anime son timbre ciselé de ténor avec une verve et une véritable excellence. On
retrouve avec plaisir une expressivité solaire et herculéenne qui sculpte la partition de Janacek sans perdre les nuances du texte. »

Kat’a Kabanova – Théâtre et Auditorium de Poitiers
CLASSIQUENEWS.COM
, Hélène Biard, 9 mai 2013
« Le jeune ténor alsacien Paul Gaugler campe un Boris séduisant tant scéniquement que vocalement ; le jeune homme, que nous
avions déjà salué à l’occasion du concours international Bellini, a une voix chaleureuse, ronde et parfaitement maitrisée. »

Kat’a Kabanova – Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
LE FIGARO
, Armelle Héliot, 1er février 2012
« Boris, sincère et entêté, est très bien défendu par Paul Gaugler. »

RESMUSICA, Franck Langlois, 28 janvier 2012
« Campant un Boris sincère et insouciant, Paul Gaugler a excellemment compris combien l’émission vocale propre à la langue tchèque induit un raffiné et précis travail des registres vocaux. »

THE PARISER, Jean-François Bouthors, 24 janvier 2012
« Paul Gaugler est criant de vérité en Boris jeune homme sincère »