accro2009-23354_web

Le Pauvre Matelot

Opéra / complainte
Version piano jouée dans les cafés, prisons, maisons de retraite
Musique de Darius Milhaud (Paris, 1927)
Texte de Jean Cocteau

Mise en scène Christian Gangneron
Piano & direction musicale Stéphane Petitjean

Présentation

L’opéra se joue au café

Le sujet du Pauvre Matelot est simple : une femme est sans nouvelles depuis plusieurs années de son mari qui est marin. Malgré l’instance de son beau-père, elle refuse de se remarier.

Le mari revient à l’improviste, il va tout d’abord chez un voisin qui le met au courant de la vertueuse attitude de sa femme et de sa misère; le mari veut «voir son bonheur du dehors».
Il se fait passer auprès de sa femme pour un ami de son mari, lui raconte que le malheureux est toujours prisonnier, qu’il est souffrant et sans argent, il lui confie qu’il a eu plus de chance et qu’il est très riche et lui demande de passer la nuit chez elle.

Elle accepte puis le tue afin de «sauver son mari».

Le rideau tombe avant qu’elle ait pu se rendre compte de son erreur et de son crime.

Distribution

Un spectacle de l’Arcal, cie nationale de théâtre lyrique et musical


Complainte lyrique de Darius Milhaud (Paris, 1927)
Livret de Jean Cocteau
Mise en scène : Christian Gangneron
Costumes : Claude Masson
Lumières : Nicolas Roger

Eric Trémolières, ténor : le matelot
Claudine Le Coz, soprano : sa femme
Jacques Bona, basse : son beau-père
Jean-Baptiste Dumora ou Philippe Cantor, baryton : son ami
Stéphane Petitjean ou Charlotte Gauthier : piano

Equipe technique Arcal : Nicolas Roger ou Stéphane Holvêque

Disponibilité

Disponibilité
Spectacle créé en juin 1984 à la Maison de la Culture d'Orléans.
272 représentations depuis (90% avec la gratuité pour le public), voir historique plus bas.
Disponibilité 2016-17 & 2017-18 : toute la saison

Public
Opéra chanté en français sans surtitres
Spectacle joué dans les cafés
Durée : 40 mn
Public visé :
-adultes
-en famille à partir de 12 ans

Spécifications techniques
Ce spectacle se joue dans les cafés, prisons, maisons de retraite...
Spectacle sans fosse, avec un piano droit à apporter dans le café
Possibilité de 2 représentations le même jour au même endroit
Montage le jour de la représentation (3 heures)
Démontage à l’issue de la représentation
fiche technique le pauvre matelot
6 personnes en tournée

Production
Arcal, compagnie nationale de théâtre lyrique et musical
Coproduction
Maison de la Culture d'Orléans, Ville de Caen, Ile de France Opéra et Ballet, La Clef des Chants (Région Nord-pas de Calais), avec le concours du Département de Seine et Marne (Adiam 77)
Remerciements
Comité Jean Cocteau

Historique

1983-84 : 5 représentations (Maison de la Culture d'Orléans)
1984-85 : 15 représentations (Chartres, Paris, Caen, Montpellier, Paris)
distribution :
Le matelot : Christian Papis, ténor
Sa femme : Catherine Dubosc, soprano
Son beau-père : Jacques Bona, basse
Son ami : Jean-François Gardeil, baryton
piano : Jonathan Darlington

1987-88 : 7 représentations (Aulnay-sous-bois, Stockholm/Suède)
1988-89 : 4 représentations (Tours)
distribution :
Le matelot : Christian Papis ou Guy Flechter, ténor
Sa femme : Catherine Dubosc ou Claudine Le Coz, soprano
Son beau-père : Jacques Bona ou Jean-Paul Bois, basse
Son ami : Christophe Mortagne, baryton
piano : Jonathan Darlington

1993-94 : 51 représentations (Noisiel, Créteil, Brie-Comte-Robert, Montereau, Dammartin-en-Goële, Dammarie-les-Lys, Caen, Chauconin, Neufmoutier, Vaux-le-Pénil, Rebais, Torcy, Champs-sur-Marne, Noisiel, Vienne, Etampes, Meaux, Ozoir-la-Ferrière, Egreville, Lorrez-lez-Bocage, Niort)
1995-96 : 3 représentations (Piccolo Festival de Positano/Italie)
distribution :
Le matelot : Hervé Lamy ou Alexandre Laiter, ténor
Sa femme : Claudine Le Coz ou Elisabet Baudrey, soprano
Son beau-père : Luis Masson ou Christian Treguier, basse
Son ami : Mario Hacquard, baryton
piano : Stéphane Petitjean ou Brian Schembri

1998-99 : 3 représentations (Café "Il Paradiso Perduto" La Fenice "hors les murs" Carnaval 99)
1999-2000 : 18 représentations (Festival Alternative Lyrique - Paris, Montreuil sur Mer, Valenciennes, Merville, Haulchain, Dunkerque, Mouscron /Belgique, Santes, Foumies, Étaples, Valenciennes, Le Touquet, Hesdin)
distribution :
Le matelot : Jean Delescluse ou Eric Trémolières ou Alexandre Laiter, ténor
Sa femme : Claudine Le Coz, soprano
Son beau-père : Luis Masson ou Gilles Ketter, basse
Son ami : Jean-Baptiste Dumora, baryton
Christian Drillaud, comédien
piano : Stéphane Petitjean ou Brian Schembri

2003-2004 : 20 représentations
Paris-La Maroquinerie (24, 25, 26, 27 septembre puis 1, 2, 3, 4 octobre 2003 à 19h)
Hautvillers - 51 (29 septembre 2003 à 19h)
Rouen - 76 au Ferry Dieppe-Newhaven (le 5 octobre 2003 à 9h30, 10h45 et 18h)
Foix - 09 à la Scène Nationale (les 30 et 31 janvier 2004)
Reims - 51 au Café Le Stop - La Neuvillette (le 8 juin 2004 à 18h30)
Châlons - 51 à la DRAC (le 15 juin 2004 à 18h)
Reims - 51 au Café du Palais (ls 18 et 19 juin 2004 à 18h30)
Reims - 51 à la Maison de quartier Maison Blanche (le 29 juin 2004 à 18h30)
Reims - 51 dans le quartier Croix Rouge à La Croix du Sud (le 8 juillet 2004 à 18h30)
distribution :
Le matelot : Jean Delescluse ou Eric Trémolières, ténor
Sa femme : Claudine Le Coz, soprano
Son beau-père : Jacques Bona, basse
Son ami : Jean-Baptiste Dumora, baryton
piano : Stéphane Petitjean ou Brian Schembri

2008-09 : 7 représentations
La Valette - Malte au Teatru Manoel (les 19, 20, 21, 22, 23 mars 2009 à 18h00)
St Arnoult en Yvelines - 78 à la Maison Elsa Triolet-Aragon (le 14 juin 2009 à 12h et 16h)
distribution :
Le matelot : Jean Delescluse, ténor
Sa femme : Claudine Le Coz, soprano
Son beau-père : Jacques Bona, basse
Son ami : Jean-Baptiste Dumora, baryton
piano : Stéphane Petitjean

2009-10 :  125 représentations en partenariat avec Angers-Nantes Opéra, la Barbacane à Beynes et le Théâtre Impérial de Compiègne
Angers - 49, Café PMU le Flash, 08/09/2009, 18h00
Angers - 49, Bar Le Ronceray, 09/09/2009, 18h00
Angers - 49, Bar Le Ronceray, 09/09/2009, 20h00
Angers - 49, Bar Le James Joyce, 10/09/2009, 18h00
Angers - 49, L'Amazhir Café, 11/09/2009, 20h00
Angers - 49, Bar de l'Europe, 12/09/2009, 10h00
Angers - 49, Bar de l'Europe, 12/09/2009, 12h30
Angers - 49, Bar Le Snooker, 13/09/2009, 16h00
Angers - 49, Bar Le Snooker, 13/09/2009, 18h00
Marq - 78, Café Chez Bernadette, 19/09/2009, 18h00
Saulx-Marchais - 78, Chez un particulier, 23/09/2009, 19h00
Thiverval-Grignon - 78, Café Le Vol à Voile, 24/09/2009, 19h00
Thoiry - 78, Auberge de Thoiry, 25/09/2009, 19h00
Bouchemaine - 49, Café Chez Noë, 27/09/2009, 17h00
Nantes - 44, Bar Le Melting Potes, 28/09/2009, 14h00
Saumur - 49, 30/09/2009, 18h00, Café Le Butterfly
Saumur - 49, Café Le Butterfly, 30/09/2009, 21h00
Saumur - 49, Café le Saint-Hilaire, 02/10/2009, 18h00
Saumur - 49, Café le Saint-Hilaire, 02/10/2009, 20h00
Saumur - 49, Café Le Tournoi, 03/10/2009, 16h00
Saumur - 49, Café Le Tournoi, 03/10/2009, 18h00
Saumur - 49, Café de La Bourse, 04/10/2009, 15h30
Reims - 51, Café le Nouveau Port, 06/10/2009, 18h30
Reims - 51, Le Stop Bar, 07/10/2009, 16h00
Reims - 51, Café du Palais, 08/10/2009, 16h00
Reims - 51, Café du Palais, 08/10/2009, 18h00
Reims - 51, Café Le Longchamps, 10/10/2009, 18h00
La Roche sur Yon - 85, Le Grand Café, 14/10/2009, 18h00
La Roche sur Yon - 85, Le Grand Café, 14/10/2009, 19h30
La Roche sur Yon - 85, Le Café d'Arthur, 15/10/2009, 19h00
St Gilles Croix de Vie - 85, Café Le Rochebonne, 16/10/2009, 18h00
Benet - 85, Bar du Centre, 17/10/2009, 18h00
Les Herbiers - 85, 18/10/2009, Café Les Arcades, 15h00
Cholet - 49, 21/10/2009, Le Bar'Ouf, 19h00
Cholet - 49, Le Bar'Ouf, 21/10/2009, 20h30
Trélazé - 49, Le Bar des Allumettes, 22/10/2009, 19h00
Trélazé - 49, Le Bar des Allumettes, 22/10/2009, 20h30
St Florent le Viel - 49, Café Le Tribal, 23/10/2009, 20h00
Chalonnes sur Loire - 49, 24/10/2009, 20h30, Lenin Café
Chalonnes sur Loire - 49, Lenin Café, 24/10/2009, 22h00
Le Mans - 72, Le Bar'Ouf, 26/10/2009, 20h00
Le Mans - 72, Le Bar'Ouf, 26/10/2009, 21h30
Le Mans - 72, Bar Le Pontlieue, 27/10/2009, 18h00
Le Mans - 72, Bar Le Newton, 29/10/2009, 18h00
Le Mans - 72, Bar Le Newton, 29/10/2009, 20h00
Le Mans - 72, Bar Le Mendigotte, 30/10/2009, 20h30
Le Mans - 72, Bar Le Mendigotte, 30/10/2009, 22h30
Bazouges - 53, Café Le Brazillica, 04/11/2009, 19h00
Bazouges - 53, Café Le Brazillica, 04/11/2009, 20h30
Craon - 53, Café Le Rdv des Sportifs, 06/11/2009, 19h00
Craon - 53, Café Le Rdv des Sportifs, 06/11/2009, 20h30
Lassay les Châteaux - 53, Pub à Victor, 07/11/2009, 18h30
Lassay les Châteaux - 53, Pub à Victor, 07/11/2009, 20h30
Mayenne - 53, Café Le Grillon, 08/11/2009, 17h00
Blain - 44, Le Spitoon's Bar, 12/11/2009, 20h00
Paimboeuf - 44, Café du Phare, 13/11/2009, 19h30
Pornic - 44, Café du Port, 14/11/2009, 19h00
Pornic - 44, Café du Port, 14/11/2009, 20h30
Mesquer - 44, 15/11/2009, 16h30
Mesquer - 44, Café Le Skipper, 15/11/2009, 18h00
Segré - 49, Café Le Royal, 18/11/2009, 18h00
Segré - 49, Café Le Royal, 18/11/2009, 19h30
Sablé - 72, Bar l'Apo, 19/11/2009, 20h00
Beaumont - 72, Café des Arts, 20/11/2009, 19h00
Le Lude - 72, Bar du Centre, 22/11/2009, 17h00
La Flèche - 72, Café Le Petit Théâtre, 25/11/2009, 20h00
La Ferté Bernard - 72, Café Le Bleu, 26/11/2009, 18h00
La Ferté Bernard - 72, Café Le Bleu, 26/11/2009, 19h30
Nantes - 44, Café Le Flessselles, 03/03/2010, 20h00
Nantes - 44, Café Le Flessselles, 03/04/2010, 18h30
Nantes - 44, Café La belle Equipe, 04/04/2010, 16h30
Nantes - 44, Café le Malakoff, 07/04/2010, 18h00
Nantes - 44, Café Côté Plage, 08/04/2010, 19h00
Nantes - 44, Café Côté Plage, 08/04/2010, 20h30
Nantes - 44, Café les Pavillons, 09/04/2010, 20h30
Trentemoult - 44, Café La Civelle, 13/04/2010, 19h00
Nantes - 44, Café la Fourchette du Marché, 17/04/2010, 15h00
Châteaubriant - 44, La Bodega, 18/04/2010, 17h00
Châteaubriant - 44, La Bodega, 18/04/2010, 19h00
Nantes - 44, Café de L'Industrie, 19/04/2010, 20h00
Nantes - 44, Bistrot de Mr Jules, 20/04/2010, 18h00
Nantes - 44, Bistrot de Mr Jules, 20/04/2010, 19h30
Coye la Forêt - 60, Café Chez Ti Louis, 26/04/2010, 18h00
Pontpoint - 60, Café La Colombe d'Or, 27/04/2010, 15h30
Pontpoint - 60, Café La Colombe d'Or, 27/04/2010, 20h00
Villers Cotterêts - 02, Café Le Kiosque, 28/04/2010, 19h00
St Jean aux Bois - 60, Café La Fontaine aux Bois, 29/04/2010, 19h00
La Roche sur Yon - 85, Maison d'arrêt, 05/05/2010, 15h30
Fontenay le Comte - 85, Maison d'arrêt, 06/05/2010, 14h00
Compiègne - 60, Bar du Théâtre Impérial, 09/05/2010, 11h30
Angers - 49, Maison d'arrêt, 14/05/2010, 14h30
Nantes - 44, Café La Mayenne, 15/05/2010, 18h30
Nantes - 44, Café La Mayenne, 15/05/2010, 20h00
Nantes - 44, Café le Malakoff, 17/05/2010, 18h00
Laval - 53, Café O'Régans, 19/05/2010, 18h30
Laval - 53, Café Le Milord, 20/05/2010, 20h00
Laval - 53, Le Dynamic Bar, 21/05/2010, 20h00
Laval - 53, Le Dynamic Bar, 21/05/2010, 22h00
Laval - 53, La Bodega, 22/05/2010, 18h30
Saint Nazaire - 44, Bar des Halles, 25/05/2010, 18h30
Saint Nazaire - 44, La Cousscousserie du Prézégat, 26/05/2010, 17h00
Saint Nazaire - 44, La Cousscousserie du Prézégat, 26/05/2010, 19h00
Saint Nazaire - 44, Bar du Centre, 27/05/2010, 19h00
Saint Nazaire - 44, Bar Le Petit Tonneau, 28/05/2010, 18h30
Saint Nazaire - 44, Bistrot de Sautron, 29/05/2010, 18h00
Saint Nazaire - 44, Bistrot de Sautron, 29/05/2010, 20h00
Nantes - 44, Café des Facultés, 01/06/2010, 18h00
Le Mans - 72, Maison d'arrêt, 02/06/2010, 14h00
Laval - 53, Maison d'arrêt, 03/06/2010, 14h00
Nantes - 44, Centre Socio-Culturel Bellevue, 16/06/2010, 15h00
Nantes - 44, Centre Socio-Culturel Bourderies, 17/06/2010, 15h00
Nantes - 44, Café Le Chantenay, 17/06/2010, 17h00
Nantes - 44, Maison d'arrêt, 18/06/2010, 14h30
Nantes - 44, Centre de Détention, 18/06/2010, 16h15
Paris - 75, Studio de l'Arcal, 21/06/2010, 19h00
Paris - 75, Café la Mer à Boire, 22/06/2010, 21h00
distribution :
Le matelot : Eric Trémolières, ténor
Sa femme : Claudine Le Coz, soprano
Son beau-père : Jacques Bona, basse
Son ami : Jean-Baptiste Dumora ou Vincent Deliau, baryton
piano : Stéphane Petitjean ou Ivan Couëffé ou Laurent Wagschal ou Olga Vassileva

2010-11 : 7 représentations
Vélizy Villacoublay - 78 au Café de la Mairie le 21/09/2010 à 18h00, à la Résidence Madeleine Wagner le 22/09/2010 à 15h00, à la Mairie de Vélizy le 24/09/2010à 12h00, à la Brasserie du Clos le 24/09/2010 à 18h00, au Bar PMU Le Royal le 25/09/2010 à 17h00
Rochefort-sur-Mer - 17 avec le Théâtre de la Coupe dOr, au Bar des Fourriers le 29/03/2011 à 19h00 et 21h00
2011-12 : 9 représentations dans les Bistrot de Pays - Pays de Chaumont en partenariat avec Fugue à l'Opéra, le Nouveau Relax, Le Pays de Chaumont :
Bourmont - 52 le 23/03/2012 à 20h00
Biesles - 52 le 24/03/2012 à 20h00
Viéville - 52 le 25/03/2012 à 16h00
Manois - 52 le 30/03/2012 à 20h00
Esnouveaux - 52 le 31/03/2012 à 20h00
Rizaucourt - 52 le 01/04/2012 à 18h00
Roches - Bettaincourt - 52 le 13/04/2012 à 20h00
Bricon - 52 le 14/04/2012 à 20h00
Vignory - 52 le 15/04/2012 à 16h00
2012-13 : 2 représentations (Festival des Malins Plaisirs à Montreuil-sur-Mer - 62, les 11 et 12 août 2012 à 22h30)
2014-15 : 2 représentations (Le Silo de l'association Farine de Froment à Méréville - 91, le 30 mai 2015 à 16h et 18h)
distribution :
Le matelot : Eric Trémolières, ténor
Sa femme : Claudine Le Coz, soprano
Son beau-père : Jacques Bona,basse
Son ami : Jean-Baptiste Dumora ou Philippe Cantor, baryton
piano : Ivan Couëffé ou Stéphane Petitjean

 

Intention

Le Pauvre Matelot dans les cafés


par Christian Gangneron

Cocteau et Milhaud sont partis d’un fait divers sanglant, qu’ils ont transposé dans le décor d’un café, multipliant les références aussi bien aux musiques de film qu’aux complaintes des musiciens ambulants qui allaient, racontant des histoires de crimes.

La beauté de cette œuvre tient à la façon dont Cocteau et Milhaud ont réussi à transfigurer le fait divers en un émouvant poème lyrique populaire. On y reconnaît un mélange de réalisme et de lyrisme, de quotidienneté et de poésie, qui s’épanouira dans certains films français d’avant-guerre.

L’histoire se réfère à toute une mythologie du cinéma. Le père, pour disqualifier la «folie» de sa fille, lui reproche «d’être un personnage de cinéma», folle de ce fou. Et, en un sens, ce sont bien deux folies qui s’affrontent : l’une féminine, dominée par des images hallucinatoires, et comme définitivement installée dans la douleur de l’attente, l’autre masculine, la passion d’un aventurier qui joue avec sa vie, et qui, de façon sadique, élabore un jeu dont la partenaire doit ignorer la règle. La rencontre fatale de leurs folies ordinaires : ce thème séduisait Milhaud car il y voyait la possibilité de traiter un fait divers comme une tragédie. Pourtant, jamais sa musique ne s’autorise à hurler à la mort, elle enveloppe le drame d’une émotion trouble, doucement équivoque. Loin de tout pathétisme, elle s’ouvre à la poésie, respectueuse du mystère d’un geste, ne prétendant jamais dévoiler ce qui peut l’être, «l’infracassable noyau de la nuit”.

Le parti-pris de jouer cette pièce dans le décor naturel d’un café, tient à l’idée que sous l’écriture de Cocteau/Milhaud, réalisme et poésie sont de mèche ; c’est en poussant au plus fort l’effet de réalité qu’on a le plus de chances d’en saisir la poésie.

Dates

19 novembre 2016 samedi 19 novembre à 18:30 au New York Kfé (37 rue Nationale - Angerville) New York Kfé / Angerville
20 novembre 2016 dimanche 20 novembre à 18:30 au Café du départ (en face de la gare d'Etampes) Le Café du départ / Etampes

Ressources

Liens TV

  • Culturebox : «Le Pauvre matelot» joué au bistrot
"Le pauvre matelot", opéra de Darius Milhaud joué au bistrot
  • JT de France 3
  • TV Sarthe
  • JT de TF1
Angers. L'opéra s'installe au comptoir de l... par paysdelaloire L'opéra dégusté dans les cafés angevins! Le pauvre matelot en tournée (Nantes) par TELENANTES
  • PICA TV Villers Cotterêts, avril 2010 - Au Kiosque

Articles presse - journaux

  • Jean-Marc Hoffelé, concertclassic, 2010 : Le Pauvre Matelot selon Christian Gangneron
Voici un quart de siècle que Jacques Bona chante avec fatalisme le père dans ce Pauvre Matelot! Ses comparses-sinon le formidable et étreignant ami de Jean-Baptiste Dumora nouveau venu qui y étrenne son baryton martin ardent (quel beau Pelléas il ferait certainement !) - ont eux aussi vécu dans l’ouvrage de Cocteau et de Milhaud depuis quelques lustres. Le spectacle de Christian Gangneron n’a rien perdu de son impudeur – assurée par la proximité physique des chanteurs et du public, par leurs échanges yeux dans les yeux – et gardé toute sa verve où pointe l’esprit du cabaret réaliste de l’entre-deux guerres autant que la poésie orphique (inversée ici en tous points, c’est la femme qui tue l’homme pour ne l’avoir pas reconnu). Madeleine Milhaud a bien eu raison de donner une seconde vie à cet elliptique chef d’œuvre – pas une note pas un mot en trop – en autorisant l’ARCAL à faire voyager la version pianistique de bistrot en bistrot. Pour beaucoup elle aura constitué une initiation au monde éloigné, voire abscons, de l’opéra, porté par l’impact physique de la voix des chanteurs, une révélation. Le spectacle a aussi visité les structures carcérales, montrant en prison et devant des prisonniers un crime à l’œuvre, suprême audace. Car il y a du transgressif à tous les étages dans la pièce de Cocteau, et dans la musique de Milhaud un recours aux musiques de genre qui pimentent le réalisme de l’affaire pour le hisser à la hauteur du mythe. Tous furent admirables, de la femme de Claudine Le Coz au marin haut perché et tentant le diable d’Eric Trémolières, de Bona, père impuissant et réaliste qui en deux gestes invente un vrai cinéma d’acteur, à cet ami si généreux selon Dumora qui rend le marteau à temps pour l’assassinat, criminel par procuration, et peu importe que mis à part ce dernier, la justesse fut plus qu’aléatoire, l’enjeu est ailleurs. Chaque personnage montre dans la langue de Cocteau combien il est ambigu, ni noir ni blanc, c’est dans l’interstice justement que la fatalité et le mal se glissent pour faire une mort. Cette mort justement, que des années durant les spectateurs ne voyaient qu’en se levant et en se poussant des coudes – le coup de marteau meurtrier était donné alors que le marin dormait allongé à terre – Christian Gangneron et Jean-Paul Davois la donnent à voir de façon emblématique, le marin s’endormant sur le bar, étreignant son sac. Tous voient le coup fatal, et sa suite logique lorsque la femme redresse sa tête et fait voir au père le profil du mort. Scène belle comme l’antique, finement éclairée. On frémit, le retour aux vraies lumières du bistrot donne la nausée, on était mieux dans l’horreur du spectacle que dans la banalité de la vie. La parfaite Olga Vassilieva referme l’histoire d’une boucle de son piano, qu’elle avait joliment ouverte avec quelques musiques d’ameublement, le temps que spectateurs et chanteurs trouvent leurs marques. La tournée est finie, le sac, le marteau, la table, la chaise, les projecteurs retrouvent le dépôt, Bona quitte le père, Le Coz la femme, Trémolières, victime consentante, ne mourra plus, l’ami sera orphelin de sa joie de vivre presque incongrue. On ferme ! A moins que, d’ici quelques années, Le Pauvre Matelot ne revienne tenter le sort sur de nouveaux zincs.