L’Arcal a produit et représenté une quarantaine de fois Les Histoires Sacrées. L’idée de cette nouvelle production est de proposer aujourd’hui à deux compositeurs de s’emparer de la forme inventée par Carissimi. Trois histoires où il est question du père et du fils; où est question du désir et de la mort; où est question […]

La recherche sur l’oratorio entreprise avec Les Histoires Sacrées façon Carissimi se poursuit avec cette parabole d’église version Britten : au coeur de la pensée de Britten, on retrouve aussi la mort et le deuil, le sacré et la communauté.

Une des pistes de l’Arcal est de se donner le temps et les moyens de réfléchir à la question de l’oratorio en rapport avec l’opéra, en tant qu’elle engage la question du sacré et celle de la communauté, et qu’elle fait signe vers une esthétique, voire une éthique de la mise en scène.

Par son oeuvre, Stradella est bien un musicien de la Rome baroque. Mais il est aussi à la croisée des chemins et des époques, à la croisée du théâtre lyrique et du drame sacré. Avec lui, les formes lyriques s’épanouissent dans un dynamisme très neuf. En présentant cet oratorio, l’Arcal continue sa recherche d’un autre […]

Après Le Pauvre Matelot, voici une nouvelle petite forme «hors les murs», cette fois dans les églises. Le genre développé par Carissimi, l’extrême concision du style et les sujets des pièces, invitent les chanteurs à se garder d’un jeu naturaliste qui ne convient pas à l‘opéra baroque, au profit d’une double recherche de stylisation et […]