[PREMIÈRE LOGE | CRÉSUS À LA MONNAIE DE PARIS]

Première Loge
Rencontre avec les artistes de «Crésus» à la Monnaie de Paris
Presse / compte-rendu | par Laurent Bury
16 septembre 2020
Lien vers l’article en entier sur le site de Première Loge

[EXTRAITS]
Lundi 13 septembre, l’équipe de cette production en proposait quelques extraits dans un lieu tout à fait idoine : l’Hôtel de la Monnaie, qui conserve justement une « créséide », une monnaie d’or frappée par le roi Crésus, qui régna de 561 à 546 sur la Lydie, en Asie mineure. Johannes Pramsohler a expliqué pourquoi cette œuvre lui tenait à cœur, le metteur en scène Benoît Bénichou a présenté les options retenues pour sa mise en scène, qui transpose l’œuvre à notre époque, dans un décor abstrait essentiellement constitué d’un grand cube d’or.

Place ensuite à la musique, avec au clavecin le chef de chant Benoît Babel, et trois des chanteurs qu’on pourra applaudir à l’Athénée. Le baryton chilien Ramiro Maturna interprète avec panache deux des trois airs de Crésus (même si l’opéra porte son nom, le roi y est finalement assez peu présent), deux airs correspondant à deux moments bien différents du parcours du personnage, d’abord sûr de son pouvoir et de sa richesse, puis enchaîné par son ennemi. Dans l’un des airs d’Elmira, « Liebe, sag’, was fängst du an ? », la soprano sud-coréenne Yung Jung Choi nous éblouit par l’opulence de son timbre et sa virtuosité, avec une belle vocalise descendante sur le mot Schmerzen pour exprimer ses souffrances, puis des grappes de notes piquées sur le mot Freude pour dire sa joie, l’héroïne hésitant alors entre ces deux sentiments. Notre compatriote Marion Grange traduit fort bien les tourments amoureux dans l’air « Liebe, treibst du denn nur Spiel », les deux chanteuses étant réunies pour un duo joyeux, l’un des ensembles dont Keiser a émaillé sa partition.

De quoi amplement aiguiser l’appétit du mélomane, qui ne manquera pas cette occasion rare de voir une œuvre de Keiser en France. La distribution est complétée par Andriy Gnatiuk, Benoît Rameau, Inès Berlet, Jorge Navarro Colorado, Laurent Deleuil et Charlie Guillemin.