Encore une forme lyrique particulière : l’operetta, ce qui ne veut pas dire opérette mais opéra en réduction. Une petite forme voulue par l’auteur, que l’Arcal, avec ses moyens, présente dans des lieux qui n’ont pas l’habitude de présenter de l’opéra.

Une des pistes de l’Arcal est de se donner le temps et les moyens de réfléchir à la question de l’oratorio en rapport avec l’opéra, en tant qu’elle engage la question du sacré et celle de la communauté, et qu’elle fait signe vers une esthétique, voire une éthique de la mise en scène.

Fidèle à un autre de ses grands axes de travail -la formation et l’insertion des jeunes chanteurs – l’Arcal s’associe avec le Cnipal pour présenter un Così habité par la jeunesse de ses interprètes. À partir de cet opéra, l’Arcal invitera régulièrement d’autres metteurs en scène.