wallpaper-del-film-elizabeth-the-golden-age-sample_web

Didon & Enée

Opéra tragique en trois actes
Musique d'Henry Purcell (Londres, 1689)
Livret de Nahum Tate

Mise en scène Benoit Benichou
Direction musicale & violon Johannes Pramsohler
& Ensemble Diderot

Collaboration dramaturgique Catherine Kollen

Présentation

Quelles sont ces sorcières et cet «Esprit»?

par Catherine Kollen

Quelles sont ces sorcières qui œuvrent à la perte de Didon, oppressée entre son devoir de Reine et ses émotions amoureuses pour Enée ? Et cet « Esprit » qui rappelle à Enée son destin d’aller construire la nouvelle Rome ?

Jouant des liaisons entre théâtre d’ombre et musique, inspiré par la construction que Purcell a voulu en miroir du monde terrestre et du monde des voix maléfiques, intrigué par le chœur « Great minds against themselves conspire » (les grands esprits conspirent contre eux-mêmes), ce spectacle plongera au cœur des contradictions inhérentes à chaque être humain, dans cette œuvre dont la concision engendre une densité qui laisse ébloui, pleurant avec le chœur des anges la chute de Didon.

Pour combler le « trou dans le sens » que crée l’inexplicable, chaque époque passe par une poétique, la création de sens par l’imagination : Virgile invente un crêpage de chignon de déesses jalouses pour précipiter le destin de Didon dans l’Enéide. Purcell et son librettiste Tate vont puiser dans l’imaginaire anglais des sorcières, magnifié par Shakespeare un siècle plus tôt. Lesquelles sorcières qui vont toujours par trois (et le livret de Didon & Enée n’y fait pas exception), ce qui les apparente aux Moires et aux Parques qui président les destinées dans les mythologies grecques et romaines. Ce nombre de trois que l’on retrouve dans les trois Grâces romaines (Charites chez les Grecs) qui personnifient la vie dans toute sa plénitude, mais aussi… dans les 3 déesses qui demandent à Paris de choisir entre elles avec la pomme… situation à l’origine de la guerre de Troie et plus tard du destin de Didon.

Le projet de cette mise en scène est de s’interroger sur notre propre explication contemporaine de ce qui tire les ficelles dans nos comportements, tout en le mettant en rapport avec les imaginaires des siècles passés. Aujourd’hui, c’est la profondeur complexe de la psyché humaine qui est explorée – tant par les sciences humaines que par les développements des neuro-sciences.

Ainsi les personnages de la Cour (Didon, Belinda, 2e dame, Enée) seront fondus avec ceux de l’ombre (Sorceress, 1e sorcière, 2e sorcière, Esprit).

Un grand travail sera effectué sur le chœur, extrêmement présent dans Didon, sur le rapport entre mouvement et chant avec une chorégraphe. Le travail de jeu entre ombre et lumière sera effectué avec la créatrice lumière-plasticienne Caty Olive.

Le travail musical se fera dans un esprit de musique de chambre, avec une direction à partir du violon, et un effectif important de basses de violon, comme à l’époque de Purcell.

Septembre 2016

Distribution

Une création de l'Arcal, cie nationale de théâtre lyrique et musical


mise en scène : Benoît Benichou
direction musicale et violon : Johannes Pramsohler
Ensemble Diderot

scénographie : Mathieu Lorry-Dupuy
lumières : Caty Olive
costumes : Alain Blanchot
chorégraphie : Anne Lopez
clavecin - chef de chant : Frédéric Rivoal
diction anglaise : Philip Richardson
collaboration pour la dramaturgie : Catherine Kollen

avec

Chantal Santon Jeffery : Didon, Reine de Carthage / la Magicienne
Yoann Dubruque : Enée, Prince troyen / l’Esprit / le Marin
NN : Belinda, sœur de Didon / la première sorcière
Chloé de Backer : La deuxième dame / la deuxième sorcière

Chœur de courtisans et de sorcières (12 choristes)

Ensemble Diderot - 12 musiciens
3 violons 1, 3 violons 2, 2 alti, 3 basses de violon, 1 clavecin

Equipe technique Arcal
5 techniciens - 1 régisseur général, 1 régisseur lumière, 1 régisseur plateau, 1 régisseur orchestre, 1 habilleuse

Disponibilité

Disponibilité du spectacle
Création du spectacle en janvier 2018
Disponible de janvier à avril 2018
Avec le soutien d'ARCADI en Île-de-France

Public
Opéra chanté en anglais, surtitré en français
Durée: ± 1h sans entracte
Public visé :
-adultes
-en famille à partir de 9 ans
-scolaires : collèges, lycées / CM1 et CM2 uniquement avec préparation

Spécificités techniques
Spectacle avec fosse (chef et 11 musiciens, dont 1 clavecin)
Montage la veille et le jour de la représentation (5 services de montage)
Démontage à l’issue de la représentation
ré-fiche technique en cours de réalisation
35 personnes en tournée

Production
Arcal, compagnie nationale de théâtre lyrique et musical
Coproduction
Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines Scène nationale
Soutien
en cours

Dates